Préambule

Je conseille fortement ces ouvrages sur le python royal, en plus de tous les accessoires que vous verrez au long de cette fiche. Je les ai lu, et ils sont très intéressant pour les novices, mais aussi les éleveurs plus expérimentés !
De plus, les deux derniers abordent énormément d’espèces (sur plus de 200 pages) pour les intéressés !

Présentation du Python Royal

Python Royal - Python RegiusLe Python royal (Python regius) est une espèce de serpent de la famille des Pythonidae.
On trouve le Python royal en Afrique, sur une bande horizontale de territoire allant du Sénégal jusqu’à l’ouest de l’Ouganda et au nord de la République démocratique du Congo.
C’est le plus petit des pythons africains (en moyenne 1.20m-1.40m).

C’est un serpent constricteur (qui étouffe ses proies), on lui donne le nom vernaculaire de Python royal ou encore Python boule (Ball python en anglais).

C’est une espèce non-grégaire (qui ne vit pas instinctivement en groupe, qui n’en a pas la nécessité). Même s’il arrive d’en trouver plusieurs dans un terrier, ils ne cherchent pas la compagnie, mais uniquement la chaleur et la sécurité.

La coloration la plus fréquemment rencontrée (appelée « Classique » ou « wild type ») est noire, ou marron foncé avec des taches marron clair sur les côtés et le dos.

La face ventrale est blanche ou crème souvent parsemée de marques noires.

En captivité, l’élevage sélectif a conduit à de nombreuses variations de couleurs et de motifs appelées mutations ou « morphs ».

Les individus des deux sexes possèdent des éperons pelviens de chaque côté du cloaque, qui sont des vestiges de pattes (merci évolution).

Ce n’est donc pas une méthode fiable de détermination du sexe.
Les femelles sont cependant souvent plus grosses et plus grandes que les mâles.

A noter: A partir d’ici, je vous mets des liens vers les produits les plus adéquats pour votre Serpent, ils ont été choisis consciencieusement pour le Python Regius !

Espérance de vie et Tempérament du Python Regius

Le Python Royal peut vivre entre 20 et 40 ans, ce n’est donc pas un petit engagement.

C’est une espèce terrestre (semi-arboricole pour les jeunes) qui vit dans les prairies, les savanes et les régions peu boisées.

Il aime vivre la journée dans des terriers de mammifères et termitières, dans lesquelles il peut aussi entrer en estivation (hibernation d’été) par trop fortes chaleurs.

C’est un animal nocturne, qui ne sortira, le plus souvent, qu’à la tombée du jour.

Il ne fait pas partie des serpents qui se dorent habituellement la pilule au soleil, ce qui influera sur son maintien en captivité, au niveau du mode de chauffage utilisé.

Comme sa taille est relativement modeste, et qu’il est d’une nature placide le rendant assez manipulable, il est considéré comme un reptile aisé à maintenir en captivité (évidemment si les paramètres de maintien sont correctement respectés).

Toutefois, ils sont facilement sujets au stress. Connu pour sa stratégie de défense qui consiste à s’enrouler sur lui-même quand il se sent menacé, il a aussi tendance à siffler bruyamment quand il est effrayé.

La règle d’or reste de préparer l’arrivée de votre python plusieurs jours à l’avance (voir plusieurs semaines), pour vérifier que tout est au point sur la durée.

Terrarium pour Python Royal et installation

Il est primordial de prendre son temps pour acheter, ou fabriquer soi-même, un terrarium adapté, qu’il soit en verre ou en bois.

En effet les reptiles nécessitent des aérations hautes et basses, pour une bonne circulation de l’air.

Le terra (quelle que soit sa matière) devra respecter des dimensions minimales.

Il est souvent conseillé un minimum de :

  • 45x45x45cm (Lxlxh) pour un juvénile.
  • 90x50x50cm (Lxlxh) pour un mâle adulte.
  • 100x50x50cm (Lxlxh) pour une femelle adulte.

Il faut garder en tête que ces dimensions sont un minimum, et que dans la nature, ils n’ont pas de limites. Il ne faut donc pas hésiter à fournir plus d’espace.

On pourra fréquemment lire qu’un jeune python stressera trop dans un trop grand espace.

Sujet discutable, étant donné leur milieu naturel. Cela dit, il faut aussi s’adapter à votre serpent. Comme nous, ils ont chacun leur caractère.

Si votre juvénile est de nature stressée et refuse de s’alimenter dans un grand terra, il faudra prendre plus petit, ou cloisonner le terra définitif, pour éviter d’en racheter un à chaque étape de sa vie.

Terrarium en Verre ou en Bois pour le Python ?

Le terrarium en verre sera pour certains plus esthétique car il offre une vue panoramique et latérale de l’intérieur du terrarium.

Ses points faibles se situeront au niveau du maintien de la chaleur nécessaire dans le terra, ainsi que sur le manque d’intimité pour un serpent plutôt trouillard.

Le terrarium en bois (OSB, mélaminé ou autre) sera pour d’autres plus naturel dans son aspect, et gardera quant à lui, mieux la chaleur et le confinement.

Mais une fois que vous avez votre terrarium, vous n’avez fait que le début, et il reste encore beaucoup de choses à y ajouter.

Il vous faut aussi réfléchir à l’emplacement de votre terra dans votre logement.

En effet, le Python regius étant facilement stressé, il se plaira mieux dans une pièce calme, avec peu de passage, que dans un salon bruyant.

Si vous voulez que votre python ait un comportement « normal » et mange correctement, privilégiez toujours ses besoins avant les vôtres.

La Température pour un Python Royal

Il vous faut faire les réglages de températures :

– Jour : Entre 31 et 33 degrés
– Nuit : Entre 26 et 28 degrés

Ces dernières seront les températures au point chaud de votre terrarium.
En effet, il vous faudra aménager le terra de façon à avoir un point chaud respectant les températures au sol indiquées plus haut, et un point froid (non chauffé), qui permettra au serpent de se réguler lui-même, selon ses besoins.

Tant que les températures au point chaud sont respectées, le point froid suivra sans problème.

Pour ce faire, il faudra placer la sonde du thermostat au sol du terra, sur le tapis chauffant.

C’est à cet endroit que vous devez atteindre les températures jour/nuit indiquées.

Comme précisé plus haut, le Python royal est un serpent plutôt nocturne.
Il prendra donc rarement directement la chaleur du soleil ou les UV par « le haut ».

Le python regius prend la chaleur emmagasinée dans le sol au cours de la journée.

Il n’a aucun besoin d’UV en captivité.

Eventuellement, une lampe chauffante peut être installée au point chaud, sil fait trop froid ou trop humide chez vous.

Il faudra donc prendre un tapis ou câble chauffant d’environ 1/3 de la surface du sol, OBLIGATOIREMENT branché sur THERMOSTAT.

Pourquoi cette chaleur ?

Ce que l’on sait, c’est que le Python royal a besoin d’une température assez élevée pour faire une bonne digestion.

I y a un risque de pourrissement de la proie dans le ventre du reptile, si la température n’est pas suffisamment élevée.
Ce qui explique aussi pourquoi le Python regius a tendance à jeûner en période hivernale.

Mais le regius ne serait de toute manière, pas capable de digérer à la même vitesse et fréquence, à la baisse des températures.

Les bienfaits d’une telle démarche seront le repos du système digestif, ainsi, qu’un « petit régime », car nous avons tendance à suralimenter le regius en captivité.

Si terra en verre : Le tapis chauffant devra être placé sous le terrarium (qui sera au préalable un peu surélevé avec des petites cales, pour éviter la surchauffe et l’éclatement du verre).

La sonde devra être placée sur le sol au point chaud, à l’intérieur du terrarium.

Si terra en bois : Le tapis devra être placé dans le terrarium, sous une plaque de plexiglas ou une ardoise pour protéger d’éventuelles brûlures.

Vous pouvez éventuellement ajouter une lampe chauffante au point chaud en hiver, si les températures point froid descendent en dessous de 20 degrés.

Si vous faites cela, il faudra impérativement mettre une protection sur la lampe pour « zéro risques » de brûlures.

Hygrométrie pour un Python Regius

Une hygrométrie d’environ 40 à 65% semble convenir au Python regius.

Il n’est pas du tout conseillé de vaporiser le terrarium, c’est même dangereux pour votre python.

Le bol d’eau présent dans son terrarium et l’humidité de la chambre devraient suffire.

Equipez-vous IMPÉRATIVEMENT d’un Hygromètre pour être certain d’être dans les normes !

Inkbird IHC-200 Double Relais Digital Hygrostat Hygrometre avec Sonde Humidité , Humidification & Dehumidification Prises Contrôleur Humidité pour Plante Terrarium Humidificateur, Mini Serre, Air Compresseur, Incubateur Reptile
  • 2 prises hygrostat avec double relais 220V, une pour l'humidification, l'autre pour la déshumidification, facile à utiliser;Valeur de puissance totale(10A): 2200W/220V, 1100W/110V
  • Contrôleur d'humidité avec 2m(6.56ft) sonde d'humidité HTG3535CH,Plage de mesures d'humidité : 5%~99%RH,Plage de contrôle d'humidité:10%~99%RH,Précision : 1 % , Fiabilité: 3 %
  • Vous pouvez définirtaux maximum d'humidité admis et taux minimum d'humidité admis,If PV (measured humidity rate) exceeds la limite,Il va commencer alarmant
  • Calibration du taux d'humidité(CA),Protection retardée du déshumidificateur(PT),Afficher ER et alarmant en cas de défaillance du capteur,Garantie: 1 an
  • Particulièrement adapté utilisé dans mini serre,humidificateur plante,cave à vin,brumisateur plante,terrarium plante,incubateur reptile

Quel substrat pour un Python Royal

Il existe tout un tas de substrats. Comment savoir lequel choisir ?

Là encore, il n’y a pas de vérité générale, et plusieurs types de substrat conviendront au Python royal.

Il faudra prendre en compte :

  • La bonne absorption du substrat pour les odeurs et déjections
  • Sa capacité à garder une bonne humidité ambiante
  • La poussière qui s’en dégage
  • Si vous nourrissez ou non en terrarium

Evitez les copeaux de résineux, qui dégagent des sèves nocives pour les serpents ;

Pas de sable (serpent non désertique), pas de gravier (risque d’ingestion et d’occlusion trop important).

Les substrats les plus courants sont l’Aspen, le Snake bedding, la tourbe blonde, la tourbe ou éclats de coco, ou même de la terre de bruyère, de jardin ou de forêt (passée au four pour désinfecter et débarrasser d’éventuels insectes.

Si vous nourrissez dans le terrarium, il faudra s’assurer que le substrat éventuellement ingéré par le serpent ne lui sera pas nocif, voir fatal.

Votre choix dépend donc aussi de vos goûts, en matière de texture et couleur.

L’aménagement et la Décoration du Terrarium:

La décoration du terrarium est très importante chez le regius.

En effet, ce ne sera pas seulement esthétique, comme on pourrait le supposer.

Le python royal a besoin de se sentir en sécurité pour ne pas stresser, et risquer de refuser de manger, ou de développer des comportements inhabituels.

Pour cela, il doit se sentir confiné dans sa maison. Dites-vous que c’est là qu’il va passer la plus grande partie de sa vie, et qu’au-delà de notre désir de voir constamment notre serpent, il y a ses besoins à lui.

Il lui faudra donc (au minimum) une cachette au point chaud et une au point froid.

Plus il aura de cachettes, plus il se sentira camouflé. N’hésitez pas à en mettre plusieurs.

Des branches nettoyées à l’eau très chaude ou achetées, pour qu’il puisse grimper et profiter de l’espace disponible. Même sil n’est pas vraiment arboricole, c’est toujours un plus !

Des plantes artificielles, qui camoufleront son terrain de jeu.

Il faudra aussi mettre une gamelle d’eau à sa disposition (suffisamment grande pour s’immerger s’il le souhaite), au point froid pour éviter le développement de bactéries.

– Cette eau devra être changée tous les deux jours (tous les jours en période de mue), car c’est en buvant que le Python s’hydrate et fait de bonnes mues. –

Le Nourrissage du Python Regius

python royal mange sourisBeaucoup de gens ont tendance à donner, sur de mauvais conseils, une souris toutes les semaines.
Dans la nature, le Python adaptera la taille de sa proie à sa propre taille.
La fréquence de nourrissage s’adapte donc aussi à la taille de la proie.
Il n’est pas très bon pour un serpent d’être en constante digestion.

Il est donc fortement conseillé de peser son serpent à son arrivée, puis après chaque mue, afin de lui donner une proie adaptée à son poids (soit une proie pesant 10 à 15% du poids du serpent).

Un juvénile peut être nourri tous les 5 à 7 jours, jusqu’à peser environ 500g.
Ensuite, avec l’agrandissement des proies, il faudra espacer les repas (tous les 10-15 jours).
Puis, toutes les 3 semaines à 1 mois pour les adultes s’approchant ou atteignant le kilo.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, le Python royal est capable de jeûner pendant des semaines, parfois des mois, sans que ça n’affecte sa santé.
Ce comportement est typique de la période hivernale et donc, de la période de reproduction.

Cela dit, ce comportement peut aussi apparaître pour causes de stress ou de problèmes dans vos paramètres de maintient (chauffage, cachettes, vibrations, etc…)

Si votre python refuse de « taper » la proie, posez-la dans le terrarium (ou la boite de nourrissage) et laissez une heure ou deux au serpent, pour voir s’il la mange une fois seul.

Si votre serpent refuse de manger, ne réessayez pas tout de suite. Attendez une semaine (voir plus selon l’âge du serpent).

Préférez un nourrissage la nuit, étant donné que c’est un animal nocturne, son comportement de chasse n’en sera que plus exacerbé.

Vivant ou mort ?

Il va maintenant falloir choisir entre le nourrissage au vivant et nourrissage au mort :

Il est de moins en moins conseillé de nourrir son serpent avec des rongeurs vivants.

Déjà au niveau de la souffrance animale, mourir par constriction n’et pas ce qui se fait de moins douloureux.

Les souris et rats que vous achèterez congelés, en animalerie ou sur internet, sont « gazés » au CO2 (donc endormis sans douleurs). Ensuite, lorsque votre Python adulte mangera du gros rat, le risque de blessures faites au serpent par le rongeur est très élevé.

Si vous choisissez le vivant, il vous faudra donc surveiller attentivement le nourrissage (et cela ne garantit pas « zéro blessures », car une fois mordu c’est trop tard !).

Il faut aussi pouvoir assumer un éventuel élevage de souris, ce qui n’est pas à prendre à la légère, mais qui reste faisable si on est préparé.

Pour ma part, je préfère me rapprocher au maximum du risque zéro.

J’ai donc choisi de donner des proies décongelées.

La décongélation :

Là aussi, beaucoup de méthodes en pratique.

Les règles d’or sont :

  • Ne pas cuire la proie
  • Ne pas donner une proie congelée ou partiellement décongelée
  • Ne pas laisser décongeler à l’air libre (développement de bactéries)

Vous pouvez mettre le rongeur dans un bac d’eau chaude du robinet (pas bouillante !) et attendre qu’il soit entièrement décongelé pour le donner en pâture à votre Regius.

Il existe la méthode de séchage au sèche-cheveux (après décongélation), qui ferait ressortir l’odeur du rongeur et appâterait le serpent. A tester en cas de refus.

Présentez toujours la proie dans un environnement calme et de préférence tamisé, pour que le python se sente en confiance.

Placez-la au sol en la tenant par le bas du dos avec une pince adaptée, en gratouillant un peu le sol avec les pattes de la souris (ou autre).

Le serpent montre vite s’il a de l’intérêt pour la proie.
S’il a faim il « tapera » la proie, et fera probablement une constriction (reflexe naturel), même si cette pratique disparaît chez certains spécimens élevés en captivité.
Il prendra ensuite plusieurs minutes pour relâcher la proie, trouver la tête (ou les fesses) pour l’avaler.

La manipulation

Les règles d’or :

Le python n’est pas un animal domestique à proprement parler, et ne lie pas de lien affectif avec son propriétaire. Il le reconnait, et peut être à l’aise à la manipulation, mais ne ressentira rien pour vous, et préférera presque toujours être tranquille dans son terrarium.

Une manipulation par semaine d’une quinzaine de minutes, semble être une bonne moyenne. un peu comme un lézard.

Tout d’abord, il ne faut pas avoir peur de son python regius.

Comme n’importe quel animal, il faut le prévenir que vous arrivez, et que vous comptez le manipuler. Il suffit de procéder tranquillement et par étapes, dans une pièce calme.

  1. Par sécurité, mettez du gel hydroalcoolique sur vos mains. Certains germes nocifs peuvent être transmis de l’homme au serpent, et inversement.
  2. Commencez par retirer doucement la cachette, tout en lui parlant. Même s’il entend mal, il peut reconnaitre les vibrations de votre voix.
  3. Placez votre main à plat sur le serpent. Il aura un petit mouvement de recul tout à fait normal, mais ne retirez pas votre main.
  4. Une fois qu’il est calme sous votre main, vous pouvez la relever, et prendre le serpent par le corps et le sortir du terra.
  5. Une fois dans vos mains, donnez lui toujours deux points d’appui, pour qu’il soit à l’aise et n’ait pas peur de tomber.

Le serpent se mettra en boule s’il a peur. S’il se sent à l’aise, il commencera à se balader dans vos mains, ou à s’enrouler autour de votre bras.

S’enrouler ne traduit pas un comportement de chasse ou d’étouffement. Il cherche simplement sa stabilité pour ne pas tomber.

Evitez cependant de le mettre autour du cou.

La morsure du Python Regius

La morsure n’est pas douloureuse, même si elle surprend dans sa rapidité.

Si votre serpent cherche à vous mordre, c’est qu’il se sent menacé, ou qu’il croit que c’est l’heure de manger.

Pour éviter ce genre de confusion avec les repas, bien différencier les heures de manipulation (en journée ou fin d’après-midi) et de nourrissage (plutôt le soir et la nuit).

De plus, l’attaque du python regius est surtout défensive. Il vous lâchera immédiatement après avoir planté ses crocs. C’est ce qu’on appelle communément « agrafeuse ».

Si cela arrive, c’est probablement que votre serpent est entré en période de mue, ou que vous l’avez dérangé pendant sa digestion.

Ne retirez jamais brusquement votre main si vous êtes mordu. Cela aura pour effet d’enfoncer plus profondément les crocs dans votre chair, et peut blesser le serpent.

Toujours rester calme et attendre qu’il lâche. S’il ne le fait pas, glissez doucement un coton tige imbibé de vinaigre ou d’alcool dans sa bouche. L’effet est immédiat et garanti.

L’Hygiène et la Mue du Python Royal :

L’hygiène joue un rôle considérable dans la santé de votre serpent.
Que ce soit durant sa mue ou en général, cela peut l’affecter de différentes manières, et être pénible à vire pour lui.

La mue de votre Serpent

Tous les serpents changent de peau, au fur et à mesure de leur croissance. Un serpent qui mange, muera environ tous les deux mois (plus souvent pour les jeunes).
Ils grandissent toute leur vie, et mueront donc toute leur vie.

Leur peau n’étant pas extensible comme la nôtre, ils sont obligés d’en changer régulièrement pour ne pas être à l’étroit.

Le serpent mue tout seul, la totalité du processus peut prendre une à deux semaines.

Plusieurs signes avant-coureurs se manifestent chez le python regius.

Tout d’abord, le ventre devient rosé, et les couleurs commencent à ternir. On peut aussi remarquer que la peau est quelque peu étirée.
Ensuite les yeux prennent une couleur blanche, opaque et laiteuse.

Quelques heures avant la mue, les yeux redeviennent normaux. Mais la peau reste très terne.

Quand il est prêt, le serpent cherche à frotter sa tête contre des branches et autres, pour commencer à se débarrasser de son exuvie (sa vieille peau).

Souvent la mue se fait « en chaussette ». Cela veut dire que la peau commencera à se détacher en partant du bout de la mâchoire, et glissera jusqu’au bout de la queue. La mue se retrouve donc à l’envers et souvent enroulée sur elle-même comme un col roulé.

Parfois la mue est en lambeaux, ce qui signifie que le serpent a eu du mal à la retirer.

Cela peut être dû à une mauvaise hydratation. Bien penser donc, à changer l’eau tous les jours en période de mue, et à laisser le serpent tranquille, pour qu’il n’ait pas peur de sortir s’abreuver.

Si le serpent fait une très mauvaise mue, certains lambeaux de peau peuvent rester accrochés sur son corps. Donnez-lui un petit bain pour retirer les restes de mue.

Le bain Royal du Python

Bain Python Royal - Python RegiusDonner un bain au serpent n’est pas une partie de plaisir pour lui, même si certains aiment l’eau, le cadre est stressant et forcé, et cette situation survient souvent en cas de mauvaise mue, et donc de stress.

Dans une pièce calme et à chaleur ambiante, installer une boite avec couvercle et aérations sur les côtés.

Mettez un fond d’eau chaude (2-3cm), et contrôlez que la température soit entre 28 et 31°C environ.
Il n’est pas gênant que le serpent ne soit pas entièrement immergé. Ce qui aidera à décoller la mue, c’est l’humidité ambiante de la boîte, qui frôlera les 100%.

Quand l’eau est à bonne température, placez le serpent dans la boîte et fermez celle-ci.

Laissez ensuite votre serpent tranquille pendant 20 à 30 minutes maximum dans son bain, sans le déranger. Il boira et tentera d’enlever les restes d’exuvie.

Séchez-le rapidement en le faisant passer dans une serviette propre.

Vérifiez d’abord les zones où la peau doit impérativement être retirée pour la santé du python : les yeux, le tour du cou, le cloaque et le bout de la queue.

Tirez très délicatement dans le sens des écailles pour retirer les morceaux restants

Pour S’il reste quelques morceaux, remettez-le au point chaud de son terrarium, il trouvera sûrement un moyen de les retirer lui-même.

S’il n’y arrive pas, retentez le bain au bout de quelques jours.

Un énorme merci à Ophélie Magnet !
N’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook !

Note :
[Total: 3 Average: 5]

Dany

Je suis un passionné des reptiles, mais pas seulement! Je passe mon temps à chercher un maximum d'infos et de bons plans sur les terrarium et leurs habitants afin de les partager avec mes lecteurs :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *